https://osuna.univ-nantes.fr/medias/photo/fripon_1631033903060-png

Le 5 septembre 2021 vers 23H47 heure locale (21H47 TU) un bolide est entré dans l'atmosphère au dessus du Finistère. Ce phénomène spectaculaire, qui a donné lieu à de nombreux témoignages, a également été enregistré par les stations sismologiques bretonnes du réseau large bande permanent opérées par l'Osuna.

L'objet d'une vingtaine de centimètre de diamètre qui a pénétré l'atmosphère au-dessus du Finistère dans la soirée du 5 septembre 2021 a généré une onde de choc dont le son a été perçu par certains témoins. Ces ondes sonores, comme dans le cas des explosions à terre ou en mer, peuvent être directement perçues par les sismomètres (qui enregistrent toutes les vibrations du sol) ou être converties au niveau du sol en ondes sismiques qui sont ensuite perçues par ces capteurs.

Les sismomètres installés depuis 2018 par l'Osuna en Bretagne ont permis d'enregistrer ces ondes, comme en témoigne la figure ci-dessous :
Composante verticale des sismogrammes aux stations sismologiques du NO.
Les flèches vertes indiquent sur les sismogrammes (ici les mouvements verticaux du sol) l'arrivée impulsive associée à l'entrée du bolide dans l'atmosphère. On remarque que cette onde décroit en amplitude plus elle arrive tard (les échelles sont adaptées à chaque sismogramme). La station la plus proche est située à Camaret-sur-Mer (CAMF), dans le Finistère et la plus lointaine à Pléven (PLEF) dans les Côtes-d'Armor.

La localisation des stations ayant perçu ce signal est donnée en rouge sur la carte ci-dessous à gauche (les triangle noirs montrent les autres stations sismologiques du réseau français). On remarque que les stations «rouge» sont bien celles se trouvant dans le voisinage de la trajectoire modélisée par Vigie Ciel.
Carte des stations sismologiques du NO de la France. En rouge les stations ayant détecté l'explosion météoritique.
Trajectoire du bolide obtenue à partir des caméra du réseau Fripon

La station sismologique ayant enregistré le signal le plus précoce étant CAMF, il semblerait que le signal perçu ait pour origine les ultimes instants de la propagation du bolide dans l'atmosphère.

La figure ci-dessous montre le détail du signal associé au bolide sur les 3 composantes du sismogramme de la station OLIV (Plomelin, Finistère). L'amplitude est exprimée en nanomètres (milliardièmes de mètre).
3 composantes du sismogramme à la station OLIV. On y voit le signal acoustique associé à l'entrée du bolide.