Contexte


Le projet d'Observatoire Régional des Risques Côtiers en Pays de la Loire s'inscrit dans un contexte général qui témoigne, à toutes les échelles, de la volonté de renforcer la connaissance scientifique des risques côtiers et d'améliorer leur gestion. Il s'agit concrètement de rassembler les connaissances et les acteurs du risque, afin d'envisager des actions de plus en plus pertinentes et efficaces.

A l'échelle européenne, l'OR2C coïncide par exemple avec la volonté de l'Union de se doter d'une stratégie renforcée de gestion des risques côtiers. Si cette volonté n'est pas nouvelle (ex : projet Corine érosion côtière, 1987-1990), elle se consolide cependant depuis les années 2000 avec l'émergence de projets d'envergure européenne (ex : programme Eurosion, 2002-2004) mais également avec l'amélioration des cadres législatifs européens (ex : directive d'évaluation et de gestion des risques d'inondation, 2007).

Cliquez sur la carte des observatoires pour une visualisation pleine pageAu niveau national, la France consolide progressivement son arsenal législatif, en particulier depuis la tempête Xynthia (2010). Les Programmes d'Action de Prévention contre les Inondations (PAPI) ont par exemple été élargis aux inondations par la mer dès 2011. Dans le même temps ont été créés les PSR (Plans Submersions Rapides) et les PPRSM (Plans de Prévention des Risques de Submersion Marine). En 2012, la France s'est également dotée d'une Stratégie Nationale de Gestion Intégrée du Trait de Côte (SNGITC) afin de mieux faire face aux enjeux relatifs aux risques côtiers et en particulier à l'aléa recul du trait de côte. L'OR2C se positionne conformément à cette stratégie qui engage l'Etat et les collectivités dans une démarche de connaissance et de stratégies locales dont l'objectif est de prendre en compte l'érosion côtière dans les politiques publiques. Parmi les premières recommandations du comité de suivi de la SNGITC figure en particulier l'amélioration des connaissances disponibles afin de « mieux connaître pour mieux agir ». Ces recommandations vont aussi dans le sens d'une régionalisation des stratégies locales, qui a pour finalité de mettre en œuvre de véritables stratégies territoriales de gestion. Dans ce contexte, l'observation du trait de côte est devenue un enjeu de premier ordre et la tendance consiste désormais à favoriser la mise en place d'observatoires régionaux comme l'OR2C. En tant que structures pérennes s'appliquant à un linéaire côtier régional, ces observatoires fournissent en effet une aide précieuse à la connaissance et à la gestion des risques côtiers. De ce fait, ils structurent progressivement le littoral français qui compte actuellement quatre observatoires actifs (ROLNP, ROL Corse, DREAL Occitanie et SOLTC, Observatoire de la côte Aquitaine), un observatoire en cours de réalisation (OR2C), et un observatoire en projet.



Caractéristiques des observatoires régionauxL'OR2C est financé par la région Pays de la Loire. Il s'inscrit par conséquent dans la continuité des projets déjà financés par les Pays de la Loire depuis près de 10 ans (GERRICO, COSELMAR, RS2E-OSUNA) et dans lesquels ses laboratoires porteurs (LETG et LPG) ont toujours été très impliqués. En outre, il participe activement à la dynamique territoriale engagée par l'Etat, le Conseil Régional et les Conseils Départementaux, conformément à la Convention régionale en faveur de la gestion durable du trait de côte 2012-2016.
 

Cette convention a trois principaux objectifs :


(i) bâtir une stratégie régionale pour la protection face aux risques littoraux dans une perspective de gestion durable du trait de côte ;
(ii) mettre en œuvre cette stratégie par des actions d'information, de coordination et de financement ;
(iii) favoriser l'approfondissement et le partage des connaissances entre acteurs du littoral.

Gouvernance et organisation interne

La gouvernance de l'OR2C est assurée par un comité de pilotage assisté d'un comité technique. Le comité de pilotage se compose des structures de la Commission Régionale « littoral » (région Pays de la Loire, DREAL Pays de la Loire, Conseils départementaux de Loire-Atlantique et de Vendée, SGAR) et de l'Université de Nantes. Réuni deux fois par an, il a en charge toutes les décisions concernant l'observatoire et en assure le suivi. Le comité technique, qui regroupera à terme de nombreux partenaires investis dans la thématique des risques littoraux en région, devrait être finalisé au printemps 2017. L'OR2C comporte en outre une cellule « animation », portée par l'Université de Nantes, qui organise le travail des comités précités et coordonne le projet.

En interne, l'équipe OR2C regroupe des enseignants-chercheurs de l'Université de Nantes, tous spécialisés dans des domaines concernant de près la thématique des risques côtiers et particulièrement impliqués dans l'étude du linéaire côtier régional. Elle comprend également deux ingénieurs d'études dédiés au projet, ainsi que des doctorants qui poursuivent des recherches novatrices dont l'objectif est de consolider la connaissance des risques côtiers à l'échelle de la région Pays de la Loire.

L'OR2C s'articule autour de 5 modules complémentaires (voir la rubrique « modules ») qui disposent d'une organisation et d'un calendrier spécifiques. Certains de ces modules s'appuient sur les travaux de thèse précités, notamment sur la thématique de l'histoire des risques, sur les indicateurs du risque, et sur la mise au point d'un outil de géotraitement des risques côtiers.

Télécharger l'organigramme de l'OR2C.