Le cuivre est un élément particulier : oligoélément indispensable à la vie, il devient toutefois toxique à forte dose. De nombreuses activités humaines émettent du cuivre qui se propage dans l’environnement par différents canaux et pollue sols et sédiments. Ces dernières années, il a ainsi été observé une augmentation de la teneur en cuivre des huitres de la baie de Bourgneuf.

Ce post-doctorat vise à mieux caractériser l’exposition des organismes marins à la contamination par le cuivre, dans des zones côtières soumises à des pressions anthropiques en évolution.

Objectifs et activités de recherche

Ces travaux de recherche portent sur l’utilisation des signatures isotopiques du cuivre pour mieux caractériser l’exposition des organismes marins à cette contamination.

Les résultats de ces travaux contribueront à :
  • Identifier et tracer les mécanismes qui aboutissent à la bioaccumulation du cuivre en comparant les signatures isotopiques du cuivre de différents compartiments d’un même réseau trophique, incluant deux espèces bio-indicatrices (moules et huîtres)
  • Caractériser et tracer l’origine de l’évolution des pressions anthropiques, à partir de l'empreinte isotopiques du Cu enregistrée dans la chair de mollusques bivalves (moules/huîtres).
Ce post-doctorat est développé dans le cadre de l'axe Impacts et patrimoine, sur des sites estuariens.

 

Equipe

Post-doctorant: Daniel Ferreira Araujo
IFREMER
IFREMER