La reconversion des friches urbaines est une solution pour aménager la ville durable. Or, la réutilisation de ce type de foncier, potentiellement pollué, peut être perçue comme un risque par différents acteurs.
Ce projet vise à mieux comprendre les attitudes vis-à-vis du risque de pollution du sol dans le cadre de la reconversion de friches urbaines.



Pour en savoir plus...

 
La reconversion de friches urbaines pose de nombreuses questions en termes de perceptions des risques, d'analyse couts-bénéfices et d'attentes vis-à-vis de l'usage futur qui sera fait de ces sols.
 
Les méthodes d'évaluation existantes peinent à valoriser de manière ex ante les bénéfices pouvant découler des projets de reconversion. En particulier, les bénéfices collectifs liés aux services écosystémiques culturels, demeurent insuffisamment pris en compte. Or, ils sont source de valeur pour les individus et conditionnent l'acceptabilité des projets d'aménagement futurs (Morrison 2015).

Afin de dépasser ces limites, ce projet :
  • Analysera la perception individuelle du risque associé à la pollution du sol
  • Identifiera les attentes individuelles par rapport aux usages futurs de sites
  • Mesurera les bénéfices pouvant découler de ces usages.
 
En croisant plusieurs méthodes existantes, économie expérimentale, entretiens semi-directifs, questionnaires et expériences à choix discrets, ce projet permettra de mesurer les attitudes vis-à-vis du risque de pollution du sol dans le cadre de la reconversion de friches urbaines et de jardins partagés en interrogeant l'ensemble des parties prenantes affectées par la pollution du sol (riverains, jardiniers, élus, etc.).
 
Les résultats obtenus dans le cadre de ce projet viendront ainsi compléter les avancées obtenues en sociologie concernant la perception du problème de pollution du sol du jardin familial des Églantiers à Nantes en élargissant la problématique à l'ensemble des acteurs concernés. Ils serviront également d'élément de comparaisons des différentes modalités de gestion de la pollution du sol possible dans le cas des jardins familiaux ou de tout autre site en milieu urbain.

Equipes en charge de ces recherches

Coordinatrices:
Béatrice Plottu - Granem
Marjorie Tendero - Granem
Granem
Groupe de Recherche Angevin en Economie de Mangement (GRANEM)

IFSTTAR
Laboratoire Eau et Environnement de l'IFSTTAR