https://osuna.univ-nantes.fr/medias/photo/vineyard-automne_1605724186935-jpg
  • Le 13 octobre 2020
    Campus Lombarderie
    false false

Le 13 octobre 2020 a eu lieu la réunion de lancement du projet « VITALICUIVRE : De la viticulture à l'alimentation animale : assainissement des sols viticoles et développement d'une filière de valorisation du cuivre ».

Ce projet vise à développer un cycle vertueux du cuivre, en réduisant son impact environnemental dans le vignoble et en développant une filière de valorisation en alimentation porcine.

Il est porté par l'OSUNA et implique le Laboratoire de Planétologie et Géodynamique (LPG, UMR6112 CNRS-U.Nantes-U.Angers), la Direction Régionale du Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) et l’entreprise Guyomarc’h-Sermix-Evialis-ADM, spécialisée dans la nutrition animale.

Les objectifs du projet VITALICUIVRE sont :

  • d’établir une cartographie de la contamination en cuivre sur le vignoble des Pays de la Loire (vignobles nantais et angevin) ;
  • de sélectionner des plantes accumulant le cuivre et pouvant être cultivées dans l’interrang ou après l’arrachage de parcelles de vignes ;
  • de proposer une méthodologie de récolte et de préparation de ces plantes afin de les intégrer à un aliment contribuant à couvrir les besoins nutritifs et cupriques des animaux d’élevage.
Une page dédiée au projet sera bientôt créée sur le site de l’OSUNA et sera alimentée au fur et à mesure de l’avancée du projet.

Photo 1. Essai engrais vert à base de moutarde conduit par la chambre d’Agriculture de Gironde. L’idée en phytoextraction est de semer dans l’inter-rang des plantes ayant un fort potentiel d’extraction de Cu.

Photo : Essai engrais vert à base de moutarde conduit par la chambre d’Agriculture de Gironde. L’idée en phytoextraction est de semer dans l’inter-rang des plantes ayant un fort potentiel d’extraction de cuivre. Crédit photo : Équipe Sols CA33 // Projet VERTIGO (financements : CA33, CIVB, REGION NA)


Ce projet de trois ans bénéficie du soutien financier de la Région Pays de la Loire et de l’ADEME. Il est labellisé par le pôle de compétitivité Végépolys.