Au lendemain de la seconde guerre mondiale, la France se lance dans l'industrie de l'uranium. Les mines françaises seront ainsi exploitées jusqu'en 2001.
Avec plus de 15 000 tonnes extraites, l'Ouest de la France (Pays de la Loire et Bretagne) a été l'un des principaux contributeurs à la production nationale d'uranium.
Cette thèse vise à mieux comprendre le comportement de l'uranium en aval d'un ancien site minier, en l'occurrence celui de Rophin.





Objectifs et activités de recherche


Cette thèse s'inscrit dans la continuité du post-doctorat « Comportement de radionucléides d'intérêt en aval de sites miniers uranifères » et s'intéresse à deux problématiques : 
  • L'évaluation de la spéciation, c'est-à-dire de la forme chimique, de l'uranium dans des échantillons de sol et de sédiment ;
  • L'évaluation de la disponibilité  de l'uranium, c'est-à-dire la fraction qui peut être transportée ou transférée vers les organismes vivants.

Equipes

Doctorant: Andreas FICHTNER - Subatech






Laboratoire de physique subatomique et des technologies associées

Bureau de Recherche Géologique Minière







Institute of ressource Ecology in the Field of Radioecology